Croyances limitantes et intentions positives de l’inconscient. Voyage au coeur de nos conflits intrapsychiques

Moi qui pensais que tout ce qui m’entoure est solide, je réalise en essayant de comprendre ce qu’est la physique quantique que l’univers est en mouvement, constitué d’un ensemble de particules, maintenues les unes contre les autres par des champs électromagnétiques et électrostatiques. 99,99999% de l’univers serait en mouvement.  Nous serions toutes et tous interconnectés à et par cette énergie de l’univers qui de manière équilibrée et puissante maintient ces particules les unes contre les autres.

Donc, quand je fais des apports énergétiques au cours d’une séance d’Hypnose, j’ai la capacité de récupérer l’énergie de toute chose, l’énergie de l’univers, et de l’orienter quelque part, précisément là où la personne qui vient à ma rencontre en a besoin.

Je réalise au moment de poser ces mots que ma lecture de cette pratique manque de poésie. Me connecter à  l’Archange Gabriel ou à la vierge Marie ou à la force de nos ancêtres,  comme le font d’autres praticiens,  rendrait ma pratique plus élégante, plus classe, plus mystérieuse, moins accessible…

En fait cela n’a pas la moindre importance.

Septembre 2016,  j’ai participé à un échange sur un réseau social. Une Hypno posait la question suivante : -« Comment faites-vous pour vous protéger lors de vos séances en cabinet… ? »-

Voici ma réponse à l’époque : -« Je ne me protège pas. Mes croyances me protègent je ne crois pas au flux énergétiques, aux transferts et aux contre-transferts. Je fais des suggestions sous hypnose et l’inconscient fait le reste. Je ne risque rien. Ce sont vos croyances qui vous rendent vulnérables»-

La belle histoire. Aujourd’hui, si cette question m’était posée, je répondrais fort de mes nouvelles croyances qu’il est capital de se protéger, que les flux énergétiques sont une réalité scientifique…

Du jour au lendemain, j’ai été capable, sous l’influence de mes croyances qui viennent d’évoluer, d’avoir avec moi-même un débat contradictoire.

Alors aujourd’hui je suis certain d’une seule chose. Je ne sais rien. Je ne détiens aucune vérité. Je ne sais rien sur rien et je ne crois personne. Mon point de vue à un instant donné est le fruit d’une infinité de détails qui forgent mon regard. Je parle de mon point de vue au sens le plus littéral. Si je fixe ma mappemonde, je peux clamer haut et fort le nom du pays que je crois regarder. Je suis incapable de dire quels sont tous les autres pays visibles. Quel pays regarde mon voisin en face de moi.

J’ai deux manières d’évoluer. Demander à chacun ce qu’il voit de là où il se trouve, me déplacer pour essayer de faire le tour du problème avec lui, le tour du monde, ou alors me  conforter dans ces certitudes qui m’engluent et me me limitent depuis ma naissance.

LA CARTE N’EST PAS LE TERRITOIRE. N’EST-CE PAS ?

Mes croyances fluctuent et me guident. Mon inconscient fait du mieux qu’il peut avec ce qu’il a enregistré autrefois. Parfois elles me fragilisent terriblement. Inconsciemment. Comme autant de conflits intrapsychiques dans ma petite tête. Conflit entre ce que mon conscient voudrait et ce que mon inconscient exige. Mon inconscient, qui à chaque seconde de ma vie, scanne selon certains chercheurs en neuroscience jusqu’à 4 milliards d’informations, avant de me générer des états interne puis des comportements, comme autant de stratégies pour le meilleur et pour le pire.

Autant de fois que de RV par jour, je rencontre des personnes en proie à ces conflits. La plus part du temps, elles s’apaisent. Comme si en quelques heures, en ouvrant leur esprit à autre chose, un autre regard, une autre partie d’elles-mêmes, ces personnes parvenaient à se reprogrammer. Elles en témoignent sur www.hyfocomhypnose.fr/livre-dor/ .

Comme si en modifiant quelques croyances limitantes et en réveillant quelques ressources mises entre parenthèses, les désirs conscients et les comportements inconscients s’harmonisaient. Comme si, pour paraphraser Carl Jung, en prenant conscience de leur inconscient, elles reprenaient le contrôle, elles cessaient de qualifier ce qui leur arrive d’indésirable de destinée pour arriver au sommet de la pyramide des niveaux logiques en reprenant après toutes ces années, le contrôle du sens de leur vie.

Alors voici quelques fondements. Un florilège de croyances inconscientes, d’intentions positives,  sources de conflits entre un désir conscient et un comportement venu d’ailleurs. Un échantillon d’histoires vécues.

  • Il veut prendre soin de sa santé. A 8 ans il a été violé. Depuis son inconscient  l’aide à oublier l’inoubliable, l’insupportable en le remplissant des pires drogues de l’univers. Comme pour brouiller sa mémoire et les pistes. Il a 50 ans. Cela fait 39 ans que cela dure.
  • Il veut avoir des érections. Il ne peut plus car 20 ans plus tôt une personne est entrée dans sa chambre au mauvais moment. Son inconscient qui le protège lui interdit de bander si l’acte sexuel n’a pas été planifié. Trop risqué. Il ne peut pas lui infliger une seconde fois une telle humiliation.
  • Elle vomit dès qu’elle prend l’avion. 30 ans plus tôt, devant la télévision son inconscient avait lors d’un flash spécial, enregistré la stratégie suivante. Avion = mortel + peur + Vomir. Elle avait 4 ans.
  • Ils fument pour être un homme, une femme, se calmer, s’occuper, se donner de la contenance, de la confiance, s’apaiser, maigrir, ne pas grossir, faire comme papa ou maman avant qu’ils ne partent définitivement. Ils connaissent les dangers, et pourtant ils fument.
  • Elle mange des bonbons à longueur de journée. Elle a 50 ans. A 12 ans sa grand-mère est partie. Maman donnait des bonbons pour la consoler. 38ans plus tard, en perdant un autre être cher, elle se rue sur les bonbons. Elle pèse 104 Kg pour 1M74. Elle en est malheureuse et ne peut se contenir.
  • Il déteste les femmes alors qu’il se sent attiré. A 18 ans, toutes les femmes de sa vie, sa maman, ses sœurs aimées se sont liguées pour le trahir. Quelque chose en lui intime de rester à distance. Trop dangereuses.
  • A l’idée d’entrer sur une autoroute, elle fait une crise de panique. A 1 an, son père et sa mère se sont battus dans la voiture. Sur l’autoroute. La voiture a fait 10 tonneaux. En voyant un cahier bleu couleur des panneaux d’autoroute, elle se mettait à pleurer.
  • Un garçon ami de la famille lui met sa langue dans sa bouche. Dégouttant. Elle a 6 ans. Il en a 18. Par amitié lui disait il. A 50 ans elle n’a pas eu d’amoureux. Elle a besoin d’être amie avant d’être amoureuse. Son inconscient la protège d’une expérience similaire.
  • Elle a 6 ans. Elle est ronde. Elle est rejetée par les filles et les garçons. A 50 ans elle ne peut faire confiance à personne.
  • Il fume à l’armée pour passer du temps. Dès qu’il a un temps libre, il bombarde cigarette sur cigarette, malgré ce cancer qui le démolit.
  • Sa grande sœur  était plus belle qu’elle disaient-ils. Tu ne lui arriveras jamais à la cheville. Comment pourrait-elle avoir confiance en elle 30 ans plus tard ?
  • Ce qu’elle faisait à l’école n’était jamais assez bien. A 50 ans elle se déteste et démolit son corps à grand renfort de nourriture, comme pour remplir ce vide abyssal au plus profond d’elle.
  • Papa était un égocentrique narcissique stressé chronique. Il fumait 40 cigarettes par jour. 30 ans plus tard, je fume 40 cigarettes par jour. Vous comprenez, cela me détend.
  • Maman qui nous a élevé seule a vécu la guerre, la privation, les tickets de rationnement. Elle m’a toujours dit que quand on a la chance d’avoir de la nourriture, il faut manger. Elle pèse à 62 ans plus de 120 Kg. Depuis 10 ans elle ne s’est pas regardée dans un miroir. Son inconscient a bien écouté maman.
  • A la maison il y avait toujours des bonbons. Convivialité. Belle famille. 5 frères et sœurs. 30 ans plus tard, elle a 5 enfants. Tous gros me dit-elle. Et elle, elle pèse 105 kg. Son mari est parti. Son inconscient fait du mieux qu’il peut pour entretenir la convivialité d’autrefois.
  • Enfant il grandit dans une famille très pauvre. A noël on se partageait un fruit me dit-il. Le maire du village, lui, était riche. Il était gros. Dès son premier sous gagné, il s’est mis à grossir. A 40 ans il pèse 140 Kg. Fruit d’une stratégie élaborée 30 ans plus tôt tout au fond de lui.
  • A l’école, la maîtresse m’interdisait d’aller faire pipi. Je devais me retenir. Insupportable. 50 ans plus tard il ne peut pas lâcher prise. Trop risqué !
  • Sa maman lui dit à 8 ans que lorsque les volets sont bien fermés, les monstres qui vivent dehors la nuit ne peuvent pas rentrer dans la chambre. 40 ans plus tard, il déménage en Angleterre ou il n’y a pas de volet. Insomnie totale. Il ne peut dormir que dans les toilettes. Son inconscient ne le laissera pas dormir. Il risque de se faire manger par les monstres. Aux toilettes il est en sécurité. Pas de fenêtre. C’est bien son job à son inconscient de le protéger n’est-ce pas ?
  • 5 ans. Maman qui a de nombreux amants sort le soir et la laisse seule avec son petit frère de 1 an. A 40 ans, dès qu’elle est seule avec ses enfants elle fait des crises de panique.
  • 11 ans. Avec ses parents elle déménage sur Paris. Maman se met à fumer. Son inconscient enregistre qu’une Parisienne doit fumer. 30 ans, elle déménage sur Paris…Devinez la suite…

Je pourrais vous donner une centaine d’autres exemples.  Chaque vie traîne son lot de conflits intrapsychiques entre un désir conscient qui veut notre bien et un comportement inconscient qui veut « mieux encore ».

Toutes ces personnes se sont libérées. Toutes.  Pourtant,  l’écho de certains non choix raisonne encore, quand la profondeur de la douleur dépasse celle de la plaie visible. Bravo à elles. Un jour, elles ont décidé de se prendre en main. De changer. D’aller mieux, d’essayer autre chose, de monter au sommet de leur pyramide. Pour cela, elles ont ouvert leur esprit, peut-être même ont- elle réussies, seules ou conseillées, à dépasser certaines de leurs croyances. Ce quelque chose en elles qui leur faisait croire ou ressentir sans savoir pourquoi que les hypnos sont des charlatans, que l’hypnose cela ne marche pas, que sous hypnose on perd le contrôle, qu’on se fait dépouiller de son argent ou je ne sais quelle autre affirmation fragile, portée avec acharnement faute d’argument.

-« Jusqu’à ce que vous soyez conscient de l’inconscient, celui-ci dirigera votre vie et vous l’appellerez destinée… »- Carl Gustav Jung

 

Bonne et belle journée

Olivier LARUELLE

Hyfocom Hypnose

Et si vous faisiez germer le potentiel qui est en vous… ?

2 réponses
  1. Olivier Christienne dit :

    Article porté par un rêve donc inconscient. D’inconscient à inconscient je prends ou plutôt je me connecte. Réseau. Merci.

    Ps: prochaine étape, construire des phrases harmonieuses porteuses de sens pour intensifier la connexion à l’être.

  2. Troquereau dit :

    Il n’y a pas de hasard… la chance de croiser sur son chemin l’hypnose et ou l’hypno qui va guider celui qui en a besoin vers le haut de sa pyramide c’est peut être la physique quantique qui détient l’explication Merci pour ce message Olivier très inspirant comme d’hab !

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *