TEMOIGNAGE DE LAURE: RETROUVER L’ESTIME DE SOI AVEC L’HYPNOSE

Comment j’ai retrouvé l’estime de moi avec l’hypnose

Je viens de vivre une expérience dans laquelle je ne me suis pas reconnue. Dans une situation où, il y a encore quelques mois, je me serais sentie mal à l’aise et pas à ma place, j’ai agi et parlé avec sérénité, assertivité et aplomb. J’ai encore du mal à réaliser les ressources que j’ai déployées depuis le début de mes séances d’hypnose, et qui m’étaient jusque-là inconnues et inaccessibles.

Pendant de nombreuses années j’ai eu peu d’estime pour ma personne, mon corps, mes idées, ma vie, mes réussites… J’attribuais peu de valeur et de légitimité à la personne que j’étais alors que j’en accordais aux autres. J’avais ancré dans mon fonctionnement que les besoins et envies des autres étaient prioritaires par rapport aux miens.

Ce mode de pensée jalonnait mes interactions sociales d’interdits et d’impossibles, et en particulier avec les hommes. Inconsciemment et par habitude j’évitais leur présence, de me confier à eux, de leur faire confiance, je rougissais quand ils me regardaient ou me parlaient, je baissais la tête, tournais le regard, je me sentais gênée, en insécurité, inintéressante…

Jusqu’au jour où, lasse de cette situation, j’ai décidé qu’il était temps de retrouver l’estime que j’avais perdue. J’avais déjà travaillé sur ce sujet en mettant consciemment en place de nouveaux comportements (me répéter tous les jours des phrases positives sur moi, me critiquer moins…). Cependant, cette technique m’avait apporté peu de résultats, me demandait beaucoup d’énergie et de temps, et les résultats disparaissaient dès que je relâchais mes efforts. Ainsi, cette fois, j’ai choisi de travailler ce sujet via l’hypnose car je savais qu’elle permet de « reprogrammer le subconscient » et donc d’obtenir des résultats sérieux et durables.

J’ai démarré les séances avec Olivier Laruelle il y a un mois et demi et j’ai réalisé 3 séances dont les objectifs ont été les suivants :

Séance 1 : « Je veux exprimer librement mes besoins et mes envies. »

Séance 2 : « Je veux considérer que ma vie, mon corps et ma personnalité ont de la valeur. »

Séance 3 : « Je veux agir dans le respect de mes limites sans me suradapter aux autres. »

Les séances ont été agréables et denses, pourtant j’avais des difficultés à identifier et évaluer leur impact sur moi et sur ma vie. On ne quantifie pas l’estime de soi comme on quantifie le nombre de cigarettes non fumées ou le nombre de kilos perdus. Jusqu’à cette soirée où j’ai pris conscience des nouvelles ressources que j’avais acquises. Elles sont apparues à mes yeux comme une évidence.

J’ai rencontré Grégory lors d’une soirée. On discute, on rigole, on accroche bien ensemble. Quelques jours plus tard il me propose de prendre un verre avec lui. Voici le récit de ce qui s’est passé.

« On se retrouve dans un café. Il est habillé avec beaucoup d’élégance et de raffinement, il me fait penser à un mannequin de Calvin Klein directement sorti de vitrine. Je suis féminine et élégante mais de toute évidence, il y a un décalage de standing vestimentaire entre nous, je le remarque mais ne m’en préoccupe pas. Il me parle de sa vie professionnelle et amoureuse, m’interroge sur la mienne. Je lui parle de moi et de ma vie avec sérénité, je prends mon temps. Je me sens à l’aise avec lui et dans la discussion. On parle de sujets sérieux, de sujets plus légers, on rit. Je lui exprime mes attentes vis-à-vis d’une relation amoureuse. On prend sa voiture pour aller dîner dans un restaurant qu’il connaît. Je ne sais pas où on va ni de quel genre de restaurant il s’agit, je laisse faire. Pour commander il me demande « Tu me fais confiance ? », je hoche la tête. Je ne sais toujours pas ce que je vais manger mais je suis sereine.  Après le repas, je demande à Grégory de me ramener chez moi. Dans la voiture, je reviens sur un sujet important pour moi et lui exprime mon opinion. Puis nous resterons dans un silence détendu le reste du trajet. »

Qui ne me connaît pas peut penser qu’il s’agit du récit banal d’un premier rendez-vous banal entre un homme et une femme. Mais voici à quoi aurait ressemblé la soirée si j’avais rencontré Grégory quelques mois plus tôt.

« On se retrouve dans un café. Il est habillé avec beaucoup d’élégance et moi j’ai l’impression d’être une pouilleuse. Le décalage vestimentaire me met mal à l’aise. Je me demande pourquoi il a invité à une fille comme moi à prendre un verre. Assis dans le café, je lui pose des questions pour le faire parler et ne pas avoir à parler de moi, et lorsque je n’arrive plus à esquiver le sujet de ma vie personnelle, j’évite soigneusement les passages difficiles. Je survole la description de ma vie, de toute façon elle n’est pas très intéressante et j’ai peur de perdre son attention et son intérêt. Comme je ne me sens pas le droit d’avoir des relations amoureuses, je ne sais même pas ce dont j’ai envie exactement, donc il m’est difficile de l’exprimer. Je suis rouge comme une tomate, j’affiche un sourire digne d’une publicité Colgate pour masquer ma gêne et je fais des blagues pour que mon interlocuteur passe une bonne soirée. Au moment de monter dans sa voiture, le peu d’assurance que j’ai s’effondre à l’intérieur de moi-même : il a la voiture du même standing que les fringues… Je n’y avais pas pensé, je suis vraiment con… c’était évident. J’ai peur d’abîmer la voiture en m’asseyant dedans alors je ne m’adosse pas au siège, comme çà j’ai l’impression de ne pas être vraiment assise dedans. Dans la voiture, je demande « Où on va ? » et au restaurant, à la question « Tu me fais confiance ? », je réponds « Tu veux commander quoi ? ». A la fin du repas je demande au serveur où est la station de métro la plus proche. Si Grégory me ramène quand même, dans la voiture, je voudrais aborder un sujet important pour moi mais j’ai une énorme boule dans la gorge, alors je n’en parle pas, je me dis que je le ferai plus tard, tout en sachant que je ne le ferai jamais. Je suis trop nulle de toute façon… Ce sujet important dans ma tête c’est comme un caillou dans ma chaussure, il m’empêche d’avancer. Alors je parle de sujets futiles pour éviter le moindre silence et essayer d’être intéressante. Une fois seule, je me dis que si je ne savais pas que j’étais nulle, je venais d’en avoir la preuve ce soir-là.»

Ce récit peut prêter à sourire mais tout cela je l’ai vécu. Pas ce soir-là, mais avec je l’ai vécu dans d’autres rendez-vous, avec d’autres personnes.

Aujourd’hui j’ai vraiment pris conscience du chemin parcouru, de ce que l’hypnose m’a apporté en termes d’estime de moi et les changements de comportements que cela m’a amené. Je me sens infiniment plus solide, affirmée, confiante et sereine. Je prends ma place avec les autres et notamment avec les hommes, j’agis selon ce qui est important pour moi et je lâche plus facilement prise sur les points qui ne sont pas importants pour moi.

Par ce témoignage, je souhaite encourager toutes celles et ceux qui désirent regagner l’estime d’eux à suivre la même démarche que moi et je leur souhaite de trouver comme moi, le magnifique chemin de l’amour de soi qui est en chacun de nous.

 

Laure

Le 20 Octobre 2016

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *